Édimbourg 2022: Canada en vedette

Communiqué de presse 27 mars 2023

Édimbourg 2022: Canada en vedette

Canada en vedette est un programme qui bénéficie du soutien du Haut-commissariat du Canada au Royaume-Uni, en partenariat avec le Conseil des Arts du Canada et le ministère du Patrimoine canadien. Les projets reflètent la riche diversité des talents canadiens présentés dans tous les grands festivals d’Édimbourg en août, et nous sommes le Haut-commissariat du Canada est fiers de soutenir cette initiative.

Outre les œuvres présentées officiellement dans le cadre des festivals, l’équipe du Service des délégués commerciaux du Haut-commissariat du Canada a travaillé intensément avec onze entreprises canadiennes extraordinaires pour la session « Pitch » du 22 août. Pour plus d’informations, suivez ce lien (anglais/français).

Nous remercions nos partenaires des différentes organisations et salles de spectacle pour tout leur travail après deux années difficiles, ainsi que leur personnel, leurs réalisateurs et leurs artistes. Nous sommes heureux d’être de retour !

Nous vous encourageons à découvrir le large éventail de spectacles et d’art canadiens à Édimbourg cette année. Vous trouverez ci-dessous une liste des spectacles présentés dans le cadre de Canada en vedette.

Pour une liste complète de toutes les œuvres canadiennes qui seront présentées en août à Édimbourg, veuillez consulter notre brochure Canada @ Edinburgh 2022 en suivant ce lien (en anglais seulement). Vous trouverez également des brochures imprimées à divers endroits à travers la ville.

Festival d’art d’Édimbourg

Parlez-moi de vos bateaux et de vos eaux – D’où viennent-ils, où vont-ils?
Nadia Myre

28 juillet – 28 août, 10 h – 18 h, Edinburgh Printmakers, l’Union Canal

Vue générale de l’entrepôt de Hopetoun, vers 1900 à 1930. Image numérique de ED_7623. Avec l’aimable autorisation de Historic Environment Scotland (Francis M Chrystal Collection).

Le Festival d’art d’Édimbourg et Edinburgh Printmakers présentent une nouvelle commande de l’artiste montréalaise Nadia Myre, pour célébrer le 200e anniversaire de l’Union Canal.

Pas le biais d’estampes, d’installations et de sons, le projet explore des points de référence à travers l’Écosse et le Canada, les routes migratoires qui ont commencé sur le canal, les récits autochtones, les méthodes de recherche archivistique, les motifs, la prose et les chansons. La quête de l’artiste a débuté par la découverte de Tales Of Nanabozho dans une bibliothèque de Montréal. Ce livre publié en 1964 par l’émigrée écossaise Dorothy Marion Reid après son installation au Canada, raconte les histoires de Nanabozho, personnage d’escroc que l’on retrouve souvent dans les récits traditionnels (Anishinaabe*), faisant naître chez l’artiste des interrogations sur la paternité d’une œuvre et la voix de l’auteur, qui se répercutent jusque dans le présent. En tant qu’Algonquin membre de la Première Nation Kitigan Zibi Anishinabeg, l’œuvre de Myre, exposée le long du canal et dans la Galerie 2 d’Edinburgh Printmakers, met en avant l’impulsion décoloniale inhérente à la pratique de l’artiste, et enchevêtre et imprègne l’éloquence dans les matériaux.

Festival Fringe d’Édimbourg

L’âge n’est qu’une impression
Haley McGee, produit par Soho Theatre

3 – 28 août, 12 h 10, Summerhall

Écrit et interprété par Haley McGee. Produit par Soho Theatre.
Votre vie, depuis votre 25e anniversaire jusqu’à votre mort. Moments fondateurs. Rites de passage. Tous les non-dits.
Inspiré par les hospices, les mystiques et les visites au cimetière, Age Is A Feeling s’interroge sur nos infinies possibilités de changer de cap de notre vivant. Un cri de ralliement secret contre le cynisme et les regrets. Un appel à saisir notre moment.

De Haley McGee – « Un talent brut, qui n’a peur de rien » (CBC) – auteure du livre à succès The Ex-Boyfriend Yard Sale. « Extrêmement divertissant, spirituel et poignant » (Lyn Gardner). Réalisé par Adam Brace.

Scènes célèbres de la mort de marionnettes
The Old Trout Puppet Workshop

3 – 28 août, 18 h 30, Assembly Roxy

Et voilà : l’éternel chef-d’œuvre du théâtre de marionnettes pour adultes est de retour à Édimbourg! Assistez de votre plein gré à un défilé déchirant de morts théâtrales qui renforceront sérieusement votre peur de la mort ! Toutes vos scènes préférées : Edward’s Last Prance de Samuel Groanswallow, The Feverish heart de Nordo Frot, Why I Am So Sad de Sally, et l’inoubliable Bipsy’s Mistake de Bipsy and Mumu Go to the Zoo de Fun Freddy! « Aussi drôle qu’inventif » (The Guardian). « Poignant, profond, imaginatif, absolument charmant » (BritishTheatreGuide.info). « Visuellement époustouflant et infiniment divertissant » (LA Times).

Ressenti
Bill Coleman

17 – 28 août, 14 h 20, Dance Base

Trois interprètes plongent dans nos expériences ressenties du monde naturel, en dansant sur un sol circulaire en feutre mongol tissé à la main, encerclés par les spectateurs qui sont à la fois bienvenus et indispensables à cette expérience visuelle et auditive unique. Créé par le chorégraphe Bill Coleman en collaboration avec des danseurs et des enfants de la maternelle, Felt nous invite à nous rappeler les merveilles de la vie et à assister à un spectacle comme s’il s’agissait d’une rencontre communautaire. Accompagnement musical live. Préparez-vous à participer de manière respectueuse et à profiter de l’expérience. Aucune expérience préalable n’est requise. Les enfants de moins de 12 ans doivent être accompagnés d’un adulte.

Quelque chose dans l’eau
Scantily Glad Theatre

3 – 28 août, 20 h, Summerhall

Pénétrez dans un monde loufoque de monstres marins à hauts talons et de foules en colère brandissant de minuscules fourches. (InDaily.com.au).

Lorsque Grumms se transforme d’une fille normale en un monstrueux calmar (« L’étrange créature du lagon noir » rejoint « Les Muppets »), elle doit cacher son identité secrète pour pouvoir s’intégrer dans la société. Les projections vidéo, les marionnettes et la comédie physique époustouflantes s’allient dans cette exploration absurde du genre et de ce que signifie grandir « normalement ».

Lauréat de la catégorie Best Theatre, Fringe d’Adelaide 2021.

Une arrivée

Double bill: Gaurav Bhatti and Vikram Iyengar

5 – 14 August, 14:00, Dance Base

La quête du divin dans la poésie du mystique soufi Bulleh Shah nous inspire et est un phare pendant la période de conflit religieux entre les musulmans et les sikhs du Pendjab. Avec la montée de l’intolérance, du fondamentalisme et des politiques identitaires, sa poésie est plus pertinente que jamais. Interprété par le danseur canadien Gaurav Bhatti.

Le dicton bangla « il y a autant de chemins que de perspectives » est l’inspiration d’Arrival. La variété de la musique et de la danse spirituelles indiennes interroge les relations avec une puissance supérieure, tandis que les réflexions sur la religion sont ponctuées de doutes. Iyengar, qui peut être d’un moment à l’autre obéissant et dévoué ou espiègle et insistant, nous demande de puiser en nous-mêmes pour arriver ailleurs.

Festival International du livre d’Édimbourg

Bordering on Inhumane

Matthieu Aikins, Sally Hayden & Polly Pallister-Wilkins

24 août, 16 h, Edinburgh College of Art

Considéré par Sally Rooney comme « le plus important travail de reportage contemporain », My Fourth Time, We Drowned explore l’enquête stupéfiante menée par Sally Hayden sur la crise des migrants en Afrique du Nord. Dans The Naked Don’t Fear the Water, le journaliste Matthieu Aikins suit son ami Omar qui fuit son pays déchiré par la guerre. Et dans Humanitarian Borders, Polly Pallister-Wilkins s’interroge sur les réponses humanitaires à la violence aux frontières. Un événement vital pour notre époque, présidé par Esa Aldegheri.

 

Consolation for Our Times
Michael Ignatieff

20 août, 19 h, Edinburgh College of Art

L’historien et théoricien politique Michael Ignatieff a commencé à écrire un livre sur la consolation avant le premier confinement. Aujourd’hui que nos vies ont été changées par le Covid-19 et que plus de 80 millions de réfugiés fuient les conflits dans le monde, On Consolation ne pourrait pas arriver à un meilleur moment. Au cours d’une conversation avec le journaliste Allan Little, il explique ce que nous pouvons apprendre des personnages clés de l’histoire qui ont réagi avec créativité à une situation de crise.

 

Faeries, Tales and Friendship

Aisha Bushby, Elle McNicoll & Ross Montgomery

28 août, 13 h 30, Edinburgh College of Art

« Une forêt ne se trouve pas nécessairement en pleine nature. Elle pourrait se trouver juste à côté dans une ville connue. » Avez-vous déjà regardé par la fenêtre et imaginé qu’un autre monde pouvait exister à côté du nôtre ? Ou vu un éclat de lumière et pensé qu’il pouvait s’agir d’une trace de magie ? Lors de cet événement, les formidables auteures Aisha Bushby, Elle McNicoll et Ross Montgomery parlent à Siân Bevan de leurs livres magiques et de ce qui les a inspirés.

Failure, Fame and Family
Martha Wainwright

13 août, 20 h 30, Edinburgh College of Art

 

Il est difficile d’imaginer la célèbre auteure-compositrice-interprète Martha Wainwright comme autre chose qu’une personne qui a brillamment réussi. Pourtant, petite dernière d’une famille de musiciens talentueux, Wainwright s’est longtemps considérée comme n’étant pas à la hauteur de son frère et de ses parents. Wainwright s’entretient avec Karine Polwart de ses mémoires hilarantes, Stories I Might Regret Telling You, et de sa vie de brebis galeuse au cœur d’une famille célèbre.

Family First
Claire Fuller and Miriam Toews

29 août, 16 h 15, Edinburgh College of Art

 

Pour modifier quelque peu la célèbre phrase de Tolstoï, « toutes les familles sont heureuses à leur façon » et deux nouveaux romans de Claire Fuller et Miriam Toews proposent d’étonnantes opportunités de bonheur. Le roman de Fuller, Unsettled Ground, récompensé par le prix Costa, précipite des jumeaux d’âge mûr dans un monde qu’ils sont mal équipés pour affronter, après la mort de leur mère. Fight Night de Toews, a pour narratrice une fillette de neuf ans appelée Swiv, dont la grand-mère lui apprend à se battre et à s’amuser. Fuller et Toews sont en conversation avec Lee Randall.

Miriam Toews participera à la discussion en mode virtuel.

History, Memory, Poetry
Jay Gao & Alycia Pirmohamed

13 août, 18 h 30, Edinburgh College of Art

 

Comment l’identité évolue-t-elle au fil des générations? Peut-on un jour écrire sans traumatisme historique? Comment vivons-nous dans l’instant présent? Ce ne sont là que quelques-unes des questions posées par Alycia Pirmohamed et Jay Gao dans leurs premiers recueils attendus, Another Way to Split Water et Imperium. Ces jeunes poètes innovateurs sont réunis pour parler avec l’artiste Tice Cin de l’expérimentation lyrique, de l’impact de la mémoire et de l’écriture à travers les cultures.

Living in the First Draft
Sheila Heti

24 août, 14 h 15, Edinburgh College of Art

 

Sheila Heti, auteure acclamée de Motherhood, nous offre un roman unique en son genre qui défie les conventions. Dans Pure Colour, Mira et Annie sont déchirées par l’amour et le deuil. Les lecteurs sont amenés à se poser une seule question : et si notre monde n’était qu’un premier jet, réalisé par un artiste et destiné à être détruit? Rejoignez-nous et Heti, pour tenter de répondre à cette question.

Sheila Heti participera à la discussion en mode virtuel.

Parallel Worlds and Artistic Possibilities
Emily St John Mandel

20 août, 16 h 30, Edinburgh College of Art

 

Le dernier livre d’Emily St John Mandel, Sea of Tranquillity, couvre plusieurs siècles et toute l’étendue de l’univers. Depuis un adolescent en Colombie-Britannique jusqu’à un détective dans une ville aux cieux noirs d’encre, le son d’un violon secoue le monde de tous ceux qui l’entendent. Les lecteurs des précédents romans de Mandel – dont Station Eleven – savent qu’il s’agit d’une auteure d’une imagination et d’un talent incroyables. Si vous n’avez encore jamais lu Mandel, rejoignez-la et Heather Parry et découvrez-la par vous-même.

The Past, Present and Future of Blackness
Tsitsi Dangarembga & Esi Edugyan

29 août, 16 h 30, Edinburgh College of Art

 

Black and Female de Tsitsi Dangarembga réunit des essais sur l’« état nerveux » d’une femme noire dans un monde prétendument postcolonial. Out of the Sun d’Esi Edugyan comprend cinq essais sur l’afrofuturisme, l’immigration et le concept de « passage ». Aujourd’hui, elles orientent leur vision et leur regard critique vers la myriade de questions liées à la race et à l’être humain pour une conversation à ne pas manquer. Présidée par la rédactrice Ellah Wakatama.

Private Lives
Alexander MacLeod

20 août, 20 h 15, Edinburgh College of Art

 

Animal Person, le deuxième recueil de nouvelles de l’écrivain canadien à succès Alexander MacLeod, regroupe huit histoires dans lesquelles il est impossible de prévoir ce qui va se passer. Un voyageur vole des valises sur les tapis roulants d’un aéroport ; un jeune pianiste éprouve des difficultés lors de son récital ; un homme solitaire trouve le réconfort avec son lapin de compagnie. Venez écouter comment MacLeod fait surgir une émotion profonde à partir de circonstances improbables.

Alexander MacLeod participera à la discussion en mode virtuel.

Publishing to Change the World
Lennie Goodings

28 août, 12 h 15, Edinburgh College of Art

 

Virago publie depuis près de 50 ans, et Lennie Goodings occupe une place centrale pendant la quasi-totalité de cette période. Elle a compilé un catalogue d’histoires charmantes, de relations nouvelles et de livres révolutionnaires par des auteures telles que Margaret Atwood et Sarah Waters. En fin de compte, Goodings a rendu compte de l’évolution du statut des femmes en Grande-Bretagne et a donc joué un rôle dans la création d’une société plus égalitaire. A Bite of the Apple raconte les souvenirs d’une carrière dans l’édition.

The Resilience of Queer Love
Danny Ramadan & Pajtim Statovci

29 août, 13 h, Edinburgh College of Art

 

Les couples peuvent-ils survivre dans un contexte de guerre? The Foghorn Echoes de Danny Ramadan nous montre l’amour interdit de deux garçons dans une Syrie déchirée par la guerre. Bolla, le livre de Pajtim Statovci, nous emmène dans le Kosovo des années 90, où un jeune marié, Arsim, tombe amoureux d’un Serbe. Aujourd’hui, les deux auteurs parlent de leurs livres tendres et puissants avec Andrew McMillan et se demandent comment nous pouvons vraiment découvrir qui nous sommes lorsque nous sommes encerclés par la destruction.

Stories of Exile
Vesna Goldsworthy & Kim Thúy

14 août, 15 h 30, Edinburgh College of Art

 

Vous rencontrerez des citoyens de l’exil dans deux romans d’une actualité saisissante sur les traumatismes du déplacement. L’auteure et poète serbe Vesna Goldsworthy suit une fille de l’élite d’un État satellite soviétique à Londres dans les années 1980. Mais la liberté mène rapidement à un chagrin d’amour dans Iron Curtain. Em de Kim Thúy est un portrait sensible d’enfants emportés dans le tourbillon de la guerre du Vietnam. Toutes deux converseront pour explorer la thématique du départ et de l’appartenance avec la poète Heather H Yeung.

Festival International d’Édimbourg

Le livre de la vie
Volcano, Canada & le Centre Culturel de la Femme, Rwanda

13-16 août, 20 h ; 14 août, 14 h, Church Hill Theatre

 

Dans un monde dénué d’harmonie, The Book of Life trouve une voie humaine pleine d’espoir.

Lors du génocide rwandais de 1994, un million de personnes ont été tuées en 100 jours. L’inimaginable est devenu monnaie courante et le pays a été déchiré par la guerre.

Un quart de siècle plus tard, Kiki Katese, artiste et activiste rwandaise, se demande comment il est possible de reconstruire un sens profond à la vie au lendemain d’une telle tragédie. En collaboration avec la troupe de théâtre primée Volcano, au Canada, et son propre Woman Cultural Centre, au Rwanda, elle a créé une œuvre théâtrale qui inspire et explore la résilience, la réconciliation et la guérison.

The Book of Life se concentre sur la vie et non pas sur la mort. C’est une contemplation de nouvelles familles forgées dans le deuil, notamment la troupe Ingoma Nshya, les femmes tambourinaires du Rwanda de renommée internationale, qui ont fait voler en éclats les normes culturelles qui interdisaient aux femmes de prendre part à cette forme d’art profondément joyeuse. Elles se produisent sur scène sur fond d’ombres chinoises et Katese crée un spectacle édifiant qui comprend des lettres de survivants et d’agresseurs, adressées aux disparus.

Bruce Liu

22 août, 11 h, The Queen’s Hall

 

Lauréat, entre autres distinctions, du concours de piano Chopin de Varsovie en 2021, le pianiste canadien Bruce Liu est un nouveau virtuose du clavier. Il fait preuve d’une clairvoyance et d’une maturité exceptionnelles pour son âge et apporte une fraîcheur et une spontanéité joyeuses à son interprétation révélatrice.

Pour son premier récital au Festival international d’Édimbourg, il réunit des musiques qui étonnent et captivent. De par ses exigences techniques époustouflantes, la grande fantaisie de Liszt sur Don Giovanni de Mozart force le pianiste à aller jusqu’à ses limites et concentre tout le drame de l’opéra de Mozart dans une brève pièce pour piano. Les exquis Miroirs de Ravel, cinq méditations musicales séduisantes sur le monde naturel, démontrent la même virtuosité.

Liu ouvre son récital avec une sélection de pièces de Rameau élégantes, mais vivantes, et la réinterprétation pleine de délicatesse et de tendresse d’une aria de Mozart par Chopin lui-même.

Festival International du Film d’Édimbourg

Framing Agnes
Réalisé par Chase Joynt

13 août, 18 h 10, Edinburgh Filmhouse
17 août, 13 h 30, Vue Omni

 

Après avoir découvert les dossiers d’une clinique spécialisée dans le traitement des problèmes de genre dans les années 1950, un groupe d’acteurs transgenres chamboule le déroulement d’un talk-show pour affronter l’histoire d’une jeune femme transgenre obligée de choisir entre sincérité et accès.

Merci à nos partenaires!

Abonnez-vous à Canada Plus

Notre infolettre bimestrielle contenant des mises à jour et des nouvelles sur les arts, la culture et les événements canadiens au Royaume-Uni.